Retrouvez ROBERT Harmony sur Resalib : annuaire, référencement et prise de rendez-vous pour les Hypnothérapeutes
 
Rechercher

Mangez moi, mangez moi, mangez moi....

Aujourd'hui, j'ai demandé à mon corps ce dont il avait besoin, C'est un grand moment... Compte tenu de mon voyage Vraiment, ce n'est pas demander grand-chose. J'ai pensé qu'il pourrait avoir besoin de plus d'eau. Ou des protéines. Ou des légumes. Ou de yoga. Ou des suppléments. Ou le mouvement. Mais pendant que j'étais sous la douche Réfléchissant sur ses vergetures, Ses rondeurs là où je voudrais être plate, Sa mollesse où j'aimerais voir de la fermeté, Tous ces désirs conditionnés qui forment le "jamais assez bien" Il m'a chuchoté très doucement, "Tu pourrais m'aimer comme je suis?" Par Hollie Holden


C’est la première chose à faire et c’est bien pour cela que les régimes ne fonctionnent pas ou du moins un temps et bien souvent dans la douleur et la privation.

Les 1eres semaines la perte de poids est souvent rapide puis le métabolisme se rééquilibre et les efforts paient moins vites.

Quand le cerveau comprend qu’il y a privation il va envoyer des messages d’alerte car la privation est signe de danger, il envoie donc des signaux de faim.

Le métabolisme tourne au ralenti pour dépenser le moins d’énergie possible et il arrive que le stress déclenché par « le régime » engendre une hausse du taux de cortisol (hormone du stress) qui provoque de la rétention d’eau… on se sent donc encore plus gros on stress encore plus, les efforts ne sont plus que douleur et on abandonne…. ETC ETC Dans ce cas précis le travail est fait uniquement sur la perte de poids, la consommation de calories.

Je vous propose de comprendre pourquoi on adopte tel ou tel comportement face à la nourriture. D’apprendre à écouter votre corps et ses signaux pour mieux répondre à vos besoins, de vous libérer des croyances qui vous enferment dans ces comportements.

Dans notre enfance combien de fois avons-nous entendu : -« termine ton assiette, des enfants meurent de faim dans le monde » (culpabilité) -« viens faire un bisous à mamie tu auras un bonbon » (tendresse = sucre) - ou encore se voir offrir une sucrerie après une mauvaise chute (douleur=sucre) Etc etc toutes ces phrases si anodines qu’elles paraissent, tous ces actes bienveillants ont conditionné notre rapport à la nourriture. Sans parler des kilos de « protections » ceux qui mettent de la distance avec le monde extérieur, ceux qu’on prend après une agression, un abus lorsque nous sommes touchés au plus profond de nous-même. Ceux de la blessure d’humiliation, que nous nous infligeons pour nous punir car nous ne méritons pas mieux…. Et tout le vide affectif que nous avons besoin de combler. Car non on n'a pas toujours besoin de manger parfois on a besoin d amour, de tendresse d attention de câlins.

Si vous vous reconnaissez dans ces mots, si vous en avez marre d'essayer de perdre vos kilos en trop (personne n'aime perdre et encore moins ce qui lui appartient.)

Si vous avez décidé de GAGNER EN LEGERTE, GAGNER EN CONFIANCE, EN MOTIVATION. Alors n'attendez plus.

52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un outil pour mieux comprendre le mécanisme du stress, identifier ce qui le déclenche et décoder les situations stressantes. DU STRESS AIGU AU STRESS CHRONIQUE : Stress aigu est une réaction de l’orga